Biographie musicale

Pour accéder à toutes mes compositions cliquez-ici

Je m’appelle Manuel FAOUEN, et je suis né le 07 septembre, au HAVRE (76).

Aveugle depuis la naissance (rétinoblastome bilatérale), je baigne dans le milieu de la musique depuis mon plus jeune âge.

Mes doigts ont commencé à caresser les touches d’un petit clavier à soufflerie que mon père m’avait acheté, lorsque j’avais 5 ans. Ma première représentation, c’est devant la famille, lors d’une fête de Noël que je l’effectue. Ma grand-mère n’arrêtait pas de dire aux invités présents « Ah ah ah, écoutez, c’est mon p’tit fils » en me tapant sur l’épaule. Vous savez comment sont les mamies 🙂 !!!

A 8 ans, je m’initie au piano tout en apprenant le solfège. J’ai accepté de suivre ces cours mais j’ai trouvé que c’était bien trop contraignant pour moi. Au bout de deux mois, n’arrivant pas à faire face à la difficulté de la musique écrite, je m’oriente vers un autre instrument : la flûte traversière, pendant 3 ans. Pas obliger de lires de partitions, , juste mes oreilles, mon souffle et mon professeur qui prend le temps de me jouer les morceaux afin que je puisse les assimiler.

A 14 ans, c’est un clavier Yamaha PSR740 qu’on m’offre. Un synthétiseur qui a beaucoup d’importance pour moi car c’est sur celui-ci que je compose mon premier morceau. C’est aussi la période où je retrouve mon meilleur ami d’enfance Nicolas BRACONNIER, passionné de musique lui aussi. Il m’a beaucoup aidé à progresser. Nous avons même eu la chance de faire un petit concert ensemble pour une association pour le bien-être des chats, si je me rappelle bien !!! Un très grand moment entre nous deux !

A mes 15ans, j’ai la possibilité d’apprendre à jouer du saxophone Alto. Je saisis l’occasion. Cela me permet de jouer dans une formation et d’effectuer quelques représentations.

Jusque là, il est question de réaliser uniquement que des compositions instrumentales. Mais mon entourage finit par me recommandé d’essayer de chanter suite à un délire réalisé entre Nico et moi. Timide, je commence à écrire et à chanter pour moi.

En 2005, je décide de quitter le cocon familial pour m’installer à Grenoble. Je fais l’heureuse connaissance de Yannick VEDRENE, membre d’un groupe, qui me permet d’effectuer mon premier concert durant la fête de la musique, en remplaçant un membre malade. Un merveilleux moment pour moi !!!

En Décembre 2008, grâce aux recommandations de Nico, je m’intéresse à la MAO (Musique assistée par Ordinateur). Déménageant dans la Vienne (Chasseneuil du Poitou) pour raisons professionnelles, je réussit à dédier une pièce de mon logement, uniquement pour la musique. J’investis donc dans du matériel semi-professionnel, matériels qui me permet de produire des compositions dans de meilleures conditions. C’est à ce moment-là que naît mon home-studio !

Mon retour sur Grenoble en juin 2010 me permet de retrouver mes anciens amis et d’élaborer quelques projets intéressants, comme ce premier concert officiel, Le 7 avril 2011, dans le cadre d’un projet de sensibilisation sur le handicap, on me propose de donner ma première véritable représentation, ce qui me permet de jouer et chanter mes compositions personnelles. Poussé par mon entourage, j’essaie de mettre ma grande timidité de côté, et je me lance. Un moment assez difficile pour moi puisque le stresse me fait oublier mes paroles durant le concert… Mais je rebondis et j’arrive à quand-même faire danser le public présent !!!

Avril 2011, je me lance dans une nouvelle aventure : produire d’autres personne que moi, grâce à mon modeste HomeStudio, mission que j’arrive à mener à bien notamment avec le groupe Tytouane, (un petit groupe grenoblois. Trois morceaux sont produits !

Une autre passion venue durant mon jeune âge, celle de capter des ambiances sonores, des sons divers et variés, me motive à créer une association DVRGV -> Découvrez la Vie Réelle, Grâce au Virtuel en 2014.

A ce jour, j’ai réussi à composer plus de 30 chansons, produit trois chanteurs et un groupe. J’ai même finit par être initié à la théorie de la musique par Nicolas BRACONNIER. Mon oreille reste quand-même prioritaire à ma méthode de travail !