Des feux sonores à Saint-Marcellin

1 554 affichages

Etant très investi dans ma commune, à l’occasion de la mise en place de feux sonores au sein de la ville de Saint-Marcellin en Isère, une journaliste du Dauphiné Libéré a fait appel à moi pour tester le dispositif.
Et même que j’ai eu le droit à un article.

ACCESSIBILITÉ – ILS ONT ÉTÉ INSTALLÉS POUR LES PERSONNES MALVOYANTES ET AVEUGLES IL Y A UN MOIS


Les nouveaux feux sonores à l’épreuve

De nouveaux équipements sonores ont été installés mais des dysfonctionnements sont constatés.
Manuel Faouen a appris la bonne nouvelle la semaine dernière. Neuf feux sonores ont été installés en ville par la municipalité. Le Saint-Marcellinois, aveugle de naissance, a accepté d’expérimenter pour nous ces dispositifs obligatoires. Et le premier constat est simple : c’est un bon début mais il reste encore à faire… Car de nombreuses anomalies ont été constatées.

Manuel Faouen, membre de l’association DVRGV (Découvrez la vie réelle grâce au virtuel) ne s’en cache pas, il est «grande gueule et assez critique sur la politique de la Ville». Il a néanmoins été agréablement « surpris » de l’installation de ces feux : « Des choses sont faites, c’est bien ! » Rapidement, il est allé tester les nouveaux avertisseurs. Et en a découvert les limites.

Par exemple : « Au niveau du croisement des boulevards Carrier et Vallier (en clair, entre le futur supermarché Colruyt, la salle polyvalente et le Champ-de-Mars), il y en a un seul qui fonctionne sur les huit. »

Sur place, on comprend mieux. Manuel actionne la télécommande qui est censée activer le feu sonore le plus proche, mais rien ne se passe… Après plusieurs essais, on entend, de l’autre côté de la rue, la voix qui annonce la couleur du feu. Si plusieurs véhicules passent à ce moment-là, difficile de discerner le message. De plus, le Saint-Marcellinois relève : « La loi dit que la borne doit délivrer des infos précises, à savoir la couleur et la rue. » Or la voix indique “Feu vert, cours Vallier Champ-de-Mars”. Et ce, alors que l’on est du côté des maisons et non du côté de la place. Bref, de quoi être désorienté… Manuel en est sûr, « quand il s’agit de sécurité, l’info doit être claire ».

Des trottoirs «défoncés»

Au fil du parcours, du côté du boulevard Gambetta, on se rend compte que les anciens feux sonores, installés en 2014, n’ont pas été “normalisés”. Ils n’indiquent pas le nom de la rue mais uniquement la couleur du feu. Sur ce même boulevard, les indications sonores des nouveaux feux ne sont pas claires non plus.

En conclusion donc, l’intention est bonne, selon Manuel Faouen, qui note quand même que la loi oblige à s’équiper… Mais du travail reste sur la planche. Plus largement, ce sont les mentalités qu’il faudrait faire évoluer pour rendre la ville plus accessible. « Le problème à Saint-Marcellin, ce sont les Saint-Marcellinois, sourit Manuel. Il y a des crottes de chiens partout sur les trottoirs… » Il remarque également d’autres problèmes : « Dans ma rue, Biesse, je suis obligé de marcher sur la route, les trottoirs sont défoncés. »

Par Marine LANGEVIN, Publié le 18 avril 2018 dans le journal du Dauphiné Libéré, édition Saint-Marcellin à la Bièvre

Notes


Le feu doit bien énoncé le nom de la rue ainsi que les mots « Rouge Piéton ». Dans le cas où le feu passe au vert, la petite cloche retentit bien.
J’ai fait part à la mairie de Saint-Marcellin que je me tenais à la disposition du service technique pour parfaire cette installation. J’ai été recontacté lundi 16 avril dernier. J’ai pu leurs proposer des améliorations… Attendons !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.